La grippe équine

La grippe équine est une maladie hautement contagieuse qui affecte uniquement les équidés (chevaux, poneys, ânes et mulets). Elle se dessine par une infections des voies respiratoires.

agent pathogène

L'orthomyxovirus influenza de type A est à l'origine de la maladie. Il se classifie en 2 sous-types :

Une constante évolution antigénique de la souche provoque une grande difficulté à rendre les vaccins efficaces.

Comme la plupart des virus grippaux, le virus grippal équin trouve son origine dans certaines espèces d'oiseaux aquatiques qui assurent la pérennité et l'évolution de ces virus.

épidémiologie

Le virus se transmet par aérosol (càd par expulsion des voies aériennes) sur une distance de 35 mètres; de même la contamination par le vent peut se faire jusqu'à un rayon de 8 km autour du foyer infectieux. Une transmission indirecte par du matériel d'écurie ou des personnes joue un rôle non négligeable, ainsi que les mouches en été comme source passive de propagation de la maladie.

La venue d'un nouvel équidé apparemment sain dans une écurie peut provoquer l'explosion d'une épidemie.

pathogenèse

Les virus vont commencer par se multiplier dans les cellules des voies respiratoires, ce qui provoquera leur destruction. La défense locale sera ainsi affaiblie, permettant à une multitudes de bactéries (streptocoques et escherichia coli principalement) d'infecter en surplus les tissus pulmonaires. On appelle ce méchanisme une surinfection et elle sera à l'origine d'une aggravation de l'état général de l'animal.

symptômes

Ils apparaîtront dès le 3ème jour après le premier contact avec l'agent pathogène et dureront environ 1 à 5 jours :

La surinfection peut apparaître 2 à 3 jours après les premiers symptômes et on assistera à un épisode fébrile beaucoup plus marqué (fièvre 40°à 41,5°C) et plus long, avec une aggravation de l'état général de l'animal. Au niveau des poumons, elle provoquera une bronchopneumonie.

La maladie se terminera pour les cas les plus aïgus par la mort de l'équidé ou, peut se transformer en maladie obstructive respiratoire chronique. Mais heureusement, l'issue de la maladie pour la plupart sera une rémission complète de l'animal.

pas tous égaux!!

La sensibilité des individus face à cette maladie peut varier. Au contraire de ce qu'on pourrait croire, les ânes sont les plus sensibles et développeront des signes cliniques plus sévères. L'âge de l'animal jouera aussi un rôle prépondérant face à la maladie, les jeunes et les vieux étant plus sensibles.

traitement

Aucun traitement spécifique n'existe à ce jour, seul un traitement symptômatique est possible : le repos au box pendant minimum 3 semaines (5-6 semaines) est essentiel. Lors de surinfection, une antibiothérapie est préscrite.

Des mesures sanitaires sont aussi importantes contre la contagion, càd mise en quarantaine des animaux infectés pendant 15 jours, en veillant à éloigner le plus possible les poulains et les chevaux âgés.

prévention

Chez les chevaux, la vaccination contre la grippe équine entraîne une protection souvent incomplète. Les équidés vaccinés sont protégés des signes cliniques majeurs et des complications, mais peuvent manifester de très courts épisodes fébriles tout en excrétant le virus. La vaccination évite cependant les longues périodes de convalescence qui s'imposent pour les chevaux infectés non vaccinés et une reprise beaucoup plus rapide des activités d'entraînement ou de compétition.

Les poulains seront vaccinés à l'âge de 4 mois si la mère est vaccinée, sinon à 2 mois.

Le protocole de vaccination est le suivant :

Primo-vaccination   2 injections à 1 mois d'intervalle  
1er rappel   6 mois après la 1re injection (facultatif)  
rappels ultérieurs   tous les ans, voire tous les 6 mois  

Lors de participation à une manifestation équestre officielle, la vaccination est obligatoire. Vous trouverez toutes les informations dans le réglement de la

Fédération Suisse des Sports Equestres .