Le récit de mon premier T.R.E.C

Le T.R.E.C. ou technique de randonnée équestre de compétition est un moyen de se mesurer entre cavaliers d'extérieur dans une ambiance sympa. Il se compose donc de trois épreuves dictinctes : le POR ou parcours d'orientation et de régularité, le MA ou maitrise des allures et le PTV ou parcours en terrain varié. Selon le niveau du cavalier et de son cheval, le couple a le choix de s'inscrire entre trois séries : initiation, série 2 ou série 1 (plus difficile).

C'est au ranch du paradisio à Begnins que j'ai pu participer à mon premier trec (en série 2, car il n'y avait pas de série initiation). Quelle aventure !!!

Le samedi 18 juin 2005, 9h50 du matin, nous arrivons sur les hauts de la Côte. La vue est magnifique et le ciel est d'un bleu parfait, sans un nuage. Nous croisons déjà des concurrents qui partent pour leur première épreuve. Ma coéquipière arrive juste derrière nous. On décharge les chevaux et Blok, comme à son habitude, ressent le besoin de dire bonjour à tous les autres chevaux. Comme nous sommes arrivées assez en avance, ça nous laisse le temps de prendre un bon petit déjeuner. 10h30, il est temps de préparer nos montures, qui avaient d'ailleurs encore fière allure...

11h, nous entrons dans la salle des cartes, afin de recopier minutieusement le tracé sur notre carte, d'y calculer les distances et de découvrir notre première vitesse imposée : 6 km/h. Après 20 min, il est temps de prendre la route. Les 2 premiers kilomètres, nous les faisons à pieds afin d'éviter d'éventuelles pressions. Avant de se mettre en selle, la concurrente suivante nous avait déjà ratrappé. Bon, il faut qu'on presse un peu l'allure et profitons des terrains appropriés pour trotter. Dans le Bois de Chêne se trouve le premier poste. Ouf, on arrive juste malgré un petit retard. Le poste suivant, nous sommes toujours sur le bon chemin. On continue, les kilomètres s'enchainent, on se fait rattraper, car nos chevaux commencent à s'éssouffler : le chemin caillouteux, la chaleur et une légère montée. Et voilà, maintenant qu'on se trompe de chemin. Heureusement, on le remarque assez rapidement et les concurrents qui nous avaient devancer et ce sont aussi tromper, ce retrouve derrière.... Là, on rigole moins, car ça grimpe. La montée n'en finit plus et nous décidons de continuer à pied. Et voilà, on se fait à nouveau dépassé par les mêmes concurrents. Nous, on en peut plus, il fait trop chaud sur ce goudron et ça monte toujours... Tout le monde est en sueur. Ah! enfin du plat, mais encore une autre concurrente qui nous dépasse. Le morale de l'équipe diminue encore un peu. Bon en selle et on avance! Mais, où part l'autre concurrente?? elle ne prend pas le bon chemin... bizarre (et non, elle est en série 1 et n'a pas tout à fait le même tracée!!!) . Voilà qu'on recommence à monter encore et encore. Il faut aussi bien réfléchir à prendre le bon chemin. Maintenant, il fait meilleur, car la forêt est épaisse et on est de nouveau au plat. Tiens un poste! et en plus, on nous annonce qu'on a une demie heure pour manger. Alors là, ça tombe à pic... les chevaux peuvent s'abreuver et se reposer, et nous aussi!!

La vitesse suivante est 8 km/h. Là, il ne faut pas trainer. Pas trop concentrée, je loupe le chemin et nous fait perdre déjà du temps après le départ. Bon, on trotte un maximum lorsque c'est possible. On traverse un village, on remonte dans les champs et suivons la lisière de forêt. On m'a prévenu de suivre scrupuleusement le tracé et c'est juste, car après un petit détour de quelques arbres se trouvent un contrôle de passage. Nous nous retrouvons 3 équipes à ce contrôle et nous continuons. La première équipe s'arrête pour chercher leur chemin et on profite de les dépasser. Les 2 équipes nous talonnent, puis profitent de repasser devant. Les chevaux chauffent. Dans la forêt, chacun se suit et l'allure est rapide. De nouveau un poste... Cette fois, nous sommes arrivées faux. Comme quoi, il ne faut jamais suivre les autres concurrents! La nouvelles vitesse est de 7km/h et il faut repartir immédiatemment. Cette fois, on a de la peine à trouver le chemin, car il n'y en a pas, que de la brousaille. Nous estimons à quel endroit il faut passer et nous lançons dans la brousaille. La végétation est légèrement couché, des chevaux doivent sûrment être passer par là. Heureusement, la végétation devient plus éparse et l'avancée est plus rapide. Il faut contourner un arbre couché et avancer dans un épais lit de branches séchées. On atteint une route, où nous attend le dernier poste. Un petit contrôle de la trousse de secours et on peut rentrer tranquillement vers le ranch.

Allez! sous la douche mon coco... et après, tu as mérité ton foin.

Pour le POR, nous avons fait une 11ème place, ce qui nous satisfait parfaitement pour notre 1er trec.

 

Le dimanche matin, le reveil est difficile. Il a soufflé toute la nuit et dans cette tente, le bruit était d'enfer... en plus, le rosé du jour précédent, n'a rien arrangé! Blok ne semble pas en meilleure forme que moi. Lui non plus, n'a pas apprécié la bise toute la nuit... Bon, foin et grain pour toi et petit déj' pour moi.

C'est le moment d'aller faire un petit repérage à pied sur le parcours du PTV. Voici la liste des difficultés :

  1. slalom
  2. tronc (si on peut appeler ça un tronc!)
  3. reculer
  4. plan descendant à cheval
  5. allée maraichère
  6. plan ascendant à cheval
  7. plan descendant en main
  8. plan ascendant en main
  9. montoir à droite
  10. haie
  11. portail
  12. fossé
  13. maniabilité
  14. van
  15. immobilité
  16. passerelle

Il fait déjà trop chaud et ce n'est pas encore 10h. Les premiers concurrents s'élancent pour le MA, suivi du PTV. Je passe à 12h30...

Voilà arriver l'heure fatidique! Il faut se lancer dans le couloir du MA avec le galop le plus lent possible. Un avantage, on le fait en légère montée. Et c'est parti, Blok peine à se mettre au galop. Ouf, je franchis le départ au galop. J'ai de la peine à maintenir l'allure, car Blok veut se mettre au trot (là, je sens la fatigue du jour d'avant). On approche de l'arrivée et soudain, juste avant les piquets d'arrivée, il fait un écart hors du couloir. Tout les points sont perdus! Sans attendre, on redescend le couloir avec le pas le plus rapide, mais trop rapide et on passe au trot...

ça fera 0 points pour cette épreuve. Quelle déception!

C'est à dire que la dernière place au classement nous attend pour cette épreuve!

Je ne suis pas de trop bonne humeur après cette défaite et le départ du PTV ne se passe pas très bien. Au slalom, Blok glisse une première fois , ce qui l'oblige à ralentir et déconcentré, juste avant les piquets, il passe au pas (4 points). On garde le trot, tournons et nous voilà face au saut: là, trois refus (0 points). On s'avance dans le couloir, stop et reculer. Ce fut le plus mauvais reculer qu'il m'aille jamais fait, en plus à vitesse d'escargot (0 points). On perd du temps et rien ne va. Départ au galop jusqu'à la prochaine difficultés. La descente se fait au pas, mais avec ce foin qui traine sur la pente, mon coco glisse à plusieurs reprises et se rattrape avec 1-2 pas de trot (7 points). Et on repart au galop, mais Blok décide que le trot est plus agréable, on touche aussi l'allée (1 point). Là, il faut vraiment rattraper le temps perdu, je décide de prendre de l'élan et de faire la montée au galop. Blok, lui n'en peut plus et repasse au trot, 2m avant les piquets (7 points). Décidement, c'est le désastre. Je descend de selle et entâme la descente en main. Il ne faut pas que je me trompe de couloir, car il y a beaucoup de piquets là en-bas. Et on remonte en main. Blok traine derrière, donc ne risque pas de me dépasser. Les 2 difficultés sont franchis sans fautes. Le morale remonte un peu. Montoir à droite sans difficultés , Blok n'a pas bougé une oreille. Pour le saut de la haie, il faut que je le motive un maximum. Blok rallentit juste devant, mais j'insiste et il le saute nettement plus haut que je m'attendais. Je vole littéralement en dessus de mon cheval. L'atterissage est très lourd, mais je suis toujours en selle. Il faut ralentir, car le portail n'est plus très loin. On se positionne correctement et la suite se passa comme une lettre à la poste. On continue au trot jusqu'au fossé, là, Blok le reniffle et passe sans autre dedans (bon, il n'était vraiment pas profond). A la maniabilité, on y va tout doucement et rien ne tombe. Je descend de selle avant le van et avance tranquillement. Blok s'arrête 1 mètre avant comme à son habitude, attend un moment et continue. On rentre dans le corral. Je place mon coco au milieu et lui crie un grand "ohhh". Je recule face à lui et tout excité, mon cheval fait un pas vers moi! "Noooon!" Il s'arrête net , me regarde, puis baisse la tête et s'avance vers un brin d'herbe (heureusement placé juste avant la limite du cercle). J'ai eu chaud! On sort du corral et je me remets en selle. Blok pose délicatement un sabot sur la passerelle, puis se lance sans trop d'hésitations. Vite au galop, jusqu'à l'arrivée...

Donc en résumé, depuis la descente en main, je n'ai perdu aucun point, ce qui m'a valu une jolie 12ème place (malgré le désastre du début).

Au final, je termine 17ème (sur 37) et la tête plein de bons souvenirs.