Le mal de ponte

Le 7 octobre 2005 est parue un article fort intéressant dans le "Tierwelt" sur le mal de ponte ou aussi nommé rétention d'oeuf. Comme cette article a été écrit en allemand, je vais tâcher de vous en faire un résumé précis en français.

Commençons par une petite définition pour tout ceux qui n'élève pas d'oiseau: la rétention d'oeufs se produit quand la femelle ne peut expulser son oeuf, malgré de fort mouvement de presse sur le cloaque. Cette maladie peut mener à la mort de l'animal.

Cette maladie est bien connue des éleveurs d'oiseaux, car rare sont ceux qui n'y ont jamais eu à faire. Mais elle peut aussi touché un amateur ne possédant qu'un seul oiseau.

Mais quels sont les symptômes de ce mal de ponte?

Une femelle portant un oeuf en elle, va présenter une grosseur dans la région du cloaque. Elle presse de façon excessive sur cet oeuf afin de l'expulser et très vite, elle s'épuise. Cet énorme travail musculaire fait perdre d'énorme quantité de chaleur à l'oiseau et celui-ci risque un refroidissement, puis la mort; il se met à respirer par le bec, se couche au fond du nid ou de la cage et laisse tomber ses ailes. Bien évidemment, l'oeuf, qui appuie sur l'intestin, empêche l'expulsion des faeces.

Souvent, ce sont les jeunes oiseaux qui sont touchés, mais pas seulement... La nourriture peut aussi jouer un rôle. Un manque de nutriment (par une mauvaise alimentation ou une autre maladie) provoquera une mauvaise qualité ou des déformations de la coquille d'oeuf, mais aussi une mauvaise condition de la femelle, qui peinera à expulser l'oeuf. Dans des cas plus rares, l'oiseau peut retenir volontairement son oeuf lorsqu'il n'a aucune possibilité de nidifier. Des bruits courent aussi que l'os de sèche favoriserait le mal de ponte, tout particulièrement chez la perruche ondulée.

La rétention d'oeuf, une urgence....

La première mesure à prendre est de tenir l'oiseau dans un environnement très humide et chaud (eau chaude). On peut lui introduire à l'aide d'un coton-tige, un gel lubrifiant dans le cloaque (éventuellement de l'huile de tournesol) et lui masser cette région. Attention de ne pas casser la coquille d'oeuf qui blesserait et serait certainement fatal pour l'animal!!!. Si ces mesures ne permettent pas l'expulsion de l'oeuf dans l'heure, une seule solution : la chirurgie sous narcose chez votre vétérinaire.

 

Quelques conseils pour l'éviter :

-n'introduire que des animaux sains en élevage, ni trop jeune, ni trop vieux

-nourriture optimale, suffisamment riche

-préferer les pierres à minéraux à piquer, plutôt que l'os de sèche

-détention convenable, avec suffisamment d'espace de vol et un nid à dispostion